29 septembre 2009

Nous avons raison!!!!!!

 

 

 

Le Front National a perdu les élections. C’est vrai.

Mais jamais parti politique n’aura connu un tel acharnement de la part du système.

1. Le ministre de l’Intérieur de l’époque (entretemps blackboulé en raison de son incompétence crasse !) a refusé d’agréer notre nouvelle association de financement, contre toute logique et contre le contenu du dossier, avec pour conséquence le non-payement de la dotation financière publique que la loi octroi aux partis représentés au niveau fédéral. Conséquence : Le FN s’est retrouvé exsangue financièrement pour mener campagne.

2. Le même ministre a refusé au FN un numéro national lors du premier tirage au sort. Il a fallu se battre comme des lions pour arriver à récolter plus de 5.000 signatures d’électeurs dans un climat de chasse aux sorcières inouï.

 

 

3. Une fois ces 5.000 signatures récoltées, encore fallait-il les faire valider dans les communes. Si l’accueil dans les administrations communales s’est révélé majoritairement bon et même parfois enthousiaste, il y a eu également des communes qui refusaient de faire leur devoir. Il a fallu parfois menacer d’intenter une action devant le Conseil d’Etat pour les ramener à de meilleurs sentiments.

4. Certaines communes ont carrément refusé de nous adresser les listes des électeurs alors que la demande avait été faite dans les règles de l’art. Certaines communes ont refusé de nous transmettre les lieux d’emplacement des panneaux d’affichage, etc, etc, etc…

5. Les médias ont imposé un «cordon sanitaire» total à l’encontre du FN, tant dans la presse écrite que dans la presse audiovisuelle. Cerise sur ce vilain gâteau, le refus de la RTBF d’octroyer au FN les passages télé dévolus à toutes les formations. Pourtant, par contre, nous avons observé une publicité démesurée en faveur de certains groupuscules d’extrême gauche.

6. Les rares fois où le FN a été cité, il s’agissait d’odieux amalgames avec l’ancien FN du tristement célèbre Daniel Féret alors que nous avions montré la sortie à cet individu depuis plus d’un an et demi.

7. Nous n’avons pas trouvé UN imprimeur en Belgique francophone qui accepte d’imprimer nos tracts. TOUS évoquaient des questions « éthiques » et « philosophiques ». Voilà un vocabulaire peu usité dans ce secteur, tellement peu qu’il est permis de penser à un mot d’ordre. Nous avons donc dû trouver ailleurs, dans l’urgence.

8. Nous n’avons pas trouvé UN journal qui accepte nos publicités payantes.

Nous nous sommes donnés sans compter. Chaque jour, nous avons soulevé des montagnes. Nous avons parcouru des milliers de kilomètres. Nous avons puisé dans nos cassettes personnelles….

Ceux qui n’ont jamais fait le pied de grue devant un magasin pour récolter quelques signatures alors que le thermomètre affiche moins 5 degrés ou qui n’ont jamais distribué 150.000 tracts en 25 jours, à trois ou quatre personnes selon les jours, ou qui n’ont jamais collé d’affiches électorales dans les quartiers où même la police n’ose plus circuler, ne peuvent comprendre la grandeur de l’engagement de nos militants, de nos cadres et le courage de nos candidats.

Le Front National a perdu les élections. C’est vrai.

 

 

Pourtant, nous avions raison. NOUS AVONS, PLUS QUE JAMAIS, RAISON !

Après ces élections, l’actualité de l’été l’a démontré : les évasions à répétitions, la guérilla urbaine à Molenbeek-Saint-Jean, la corruption dans la magistrature, le violeur (avec violence) condamné à cinq ans qui, une fois libéré, récidive dans la semaine, le chantage socialiste qui pèse sur le monde de l’entreprise et qui empêche une véritable relance, une politique de la mobilité qui sclérose la circulation en désignant l’automobiliste comme un véritable incivique et en faisant du cycliste une sorte de héros des temps moderne, etc, etc, etc…

Plus que jamais, le Front National pense que la sécurité est la première des libertés.

Plus que jamais, nous pensons qu’il faut rétablir l’ordre et la loi sur l’ensemble du territoire belge et que ce rétablissement est une des conditions essentielles de la reprise économique.

Plus que jamais, nous pensons que nos concitoyens ont le droit de savoir ce que coûte l’insécurité au pays et plus que jamais nous pensons qu’il faut chiffrer le coût d’une immigration qui n’a jamais cessé depuis 1974, date pourtant officielle de l’arrêt de celle-ci en Belgique.

Le Front National n’est pas mort !

LE FRONT NATIONAL N’EST PAS MORT !

*

*

*

*

*

*

*

*

Vive la Vérité !
Vivent nos peuples européens !
Vive le Front National !

Pour le Bureau Politique du Front National,

Actions en Justice afin d’obtenir ce qui nous est dû sur tous les plans.

Le Bureau Politique du Front National ne peut pas imaginer que la défaite du 7 juin 2009 sonne le glas définitif de la pensée politique la plus imprégnée de bon sens et la plus proche des idées de la majorité de nos concitoyens.

Pour cela, il faut poursuivre le travail entamé depuis près de deux ans pour récupérer une crédibilité qui a été mise à mal par des personnes troubles à qui nous avons eu tort de faire trop longtemps confiance. Ceux-ci sont aujourd’hui, pour la plupart, rattrapés par la Justice, largement à l’initiative de la nouvelle équipe du FN d’ailleurs.

A cet égard, le FN a réalisé ce que Monsieur Di Rupo n’a jamais su concrétiser au PS. Nous avons coupé les branches malades sans nous soucier de l’agenda politique, sans concessions, sans états d’âme. Avec la ferme détermination d’être à la hauteur des enjeux et de l’espérance que le FN incarne pour des dizaines de milliers de femmes et d’hommes qui savent que nous vivons sur une poudrière.

La défaite du 7 juin a au moins un mérite : l’élimination des dernières scories du passé.

Le Bureau Politique du FN s’est réuni aujourd’hui pour coopter statutairement ses membres.

Il s’agit d’une équipe largement renouvelée composée d’hommes et de femmes pétris d’idéal. Sans se soucier des risques personnels, ils veulent en découdre avec un système prêt à tout. Prêt à tout parce qu’il est aux abois.

Nous devons continuer notre combat parce que c’est notre devoir envers les générations futures et envers nous-mêmes.

Le Bureau Politique du FN prend connaissance du sondage politique (RTL/La Libre Belgique) de ce lundi 28 septembre 2009 et observe la progression de près de 1% du FN en Wallonie et le statu quo en ce qui le concerne à Bruxelles. Ceci est très bon signe et celui-ci doit nous encourager à poursuivre nos efforts sans relâche.
Préparation des élections fédérales de 2011 et communales de 2012.
Création de « Cafés Politiques » (organisation de soirées de débat ouvert sur les grands thèmes de l’actualité dans des établissements de bonne tenue).
Un lifting du site www.fn.be est programmé.
Une série de sections se préparent à voir le jour (Charleroi, Frameries, Schaerbeek, Namur, etc…)
Un programme actualisé et chiffré sera rédigé pour la fin octobre 2009.
Reparution du «Bastion».


La preuve… il bouge encore !

L’heure n’est plus à se plaindre du mauvais sort auquel l’establishment veut nous vouer.
L’heure est à l’action !
Le secrétariat du FN sera à nouveau en pleine activité a partir du 1er octobre 2009.

20:31 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.