29 mai 2010

Annulation du débat préélectoral

Annulation du débat préélectoral commun à la RTBF et à la VRT, prévu le 30 mai.

 

Didier Reynders refuse de se présenter dans un débat auquel démocratiquement le Vlaams Belang est inscrit. En conséquence, le conseil d’administration de la RTBF, dont chacun sait qu’il est aux ordres des partis autoproclamés démocratiques francophones, au lieu de maintenir le débat sans la présence du MR, annule purement et simplement la participation de la RTBF à l’émission.

 

Cette comédie médiatique prouve, une nouvelle fois, qu’en Belgique francophone les partis traditionnels contrôlent, dirigent et manipulent l’information diffusée par la RTBF et les médias qu’ils subventionnent avec les deniers publics, en foulant au pied le principe démocratique fondamental de la liberté d’expression.

 

Certains médias font état du mécontentement des journalistes politiques de la RTBF. Cette réaction ne peut être qu’hypocrite. En effet, compte tenu du système en place, ces journalistes ne sont que des créatures politiques qui, depuis de nombreuses années, participent activement à la promotion et à la défense de la pensée unique et politiquement correcte qui convient aux partis traditionnels qui contrôlent la RTBF.

 

Pour ne citer que quelques pays limitrophes, il convient de  rappeler qu’en France, le Front National participe aux émissions préélectorales et qu’en Flandre et aux Pays-Bas, les partis nationalistes et populistes sont invités à débattre. Saisissant exemple d’esprit démocratique, alors qu’en Belgique francophone, le FN, qui est représenté par deux parlementaires fédéraux et qui a obtenu le numéro national 7 pour les prochaines élections, est scandaleusement interdit d’antenne, contrairement à de nombreux petits et nouveaux partis sans aucune représentation fédérale, régionale, provinciale et communale.

 

Dans une tradition de mesquinerie intellectuelle, en Wallonie et à Bruxelles, les politiciens des partis traditionnels sont tellement soucieux de protéger leurs intérêts qu’ils empêchent les électeurs d’entendre une critique fondamentale de leurs calamiteuses orientations politiques. Il s’ensuit que la Belgique francophone entretient un lamentable déni de démocratie et végète dans une véritable sous-culture politique.

 

12:40 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.