14 juin 2010

Nation


 Communiqué du 14 juin 2010

Le résultat du FN belge n'est pas une surprise !

Les années d'amateurisme, de division et de désorganisation pouvaient
difficilement se faire oublier en quelques semaines.

Ajoutons-y un black-out médiatique absolu, véritable déni de démocratie (1) ;
l'apparition du Parti Populaire qui a comme fonction de « neutraliser » les
voix d'opposition nationale; une liste parasite et aussi le côté « inattendu
» des élections ; et tous les ingrédients étaient rassemblés pour que le FN
connaisse les résultats de ce 13 juin.

Mais comme nous l'avions écrit avant les élections, l'important cette fois
n'était pas tant dans les résultats que dans la dynamique qui semble s'être
crée à l'occasion de cette campagne.

Dynamique de rassemblement, parfois laborieuse car les litiges sont parfois
profonds, mais qui a eu le mérite d'exister et de se concrétiser.
Dynamique de rencontres. Beaucoup de gens d'horizons militants différents se
sont rencontrés et ont appris à se connaître et à s'apprécier.
Dynamique de volontarisme. Tous ceux qui ont participé à cette courte,
difficile et imparfaite campagne ont ressenti qu'il reste malgré tout une
volonté militante de ne pas refaire les erreurs passées et de se mettre à
travailler ensemble et positivement.

Mais la bonne volonté ne suffit pas. Certains nous diront « que peut-on y
faire si les gens ne sont pas intéressés » ? Cette remarque un peu facile
pour tout expliquer (ou encore « ce sont les gens qui n'ont rien compris« )
ne tient pas pour ceux qui ont été au contact des gens sur certains marchés
ou dans nos rues. Ceux-là savent qu'il y a un potentiel et un formidable
besoin de pouvoir espérer en une véritable opposition de type identitaire.
Mais pour atteindre ce potentiel, il faudra pouvoir, dans l'avenir, présenter
au public un mouvement politique VIVANT et CREDIBLE.

Ce sera l'enjeu des semaines et des mois à venir et le mouvement NATION est
prêt à aider à ce que le nouveau FN réuni, arrive à gagner ce challenge.

Une manière de faire de la politique est morte ce 13 juin. Tournons la page
tous ensemble et commençons une nouvelle histoire.

Et pour ceux qui seraient tentés par le découragement, nous ne pouvons que
nous référer aux mots de Bart De Wever qui, hier, rendait hommage aux membres
de la N-VA présents en 2003, le jour où leur échec électoral avait signifié
le licenciement de l'ensemble du personnel appointé par le parti. C'était en
2003 ! Sept ans après, le N-VA est le premier parti du pays !

Maurras avait raison de dire que « le désespoir en politique est sottise
absolue !»


(1) qui a valu à la Belgique d'être épinglée dans un rapport de « Reporters
sans Frontières »
-----------------------------------------------------------

22:33 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.