02 août 2010

Une « mère » tue 8 de ses propres bébés

Une « mère » tue 8 de ses propres bébés

Lorsque l’affaire des « Bébés congelés » éclata en 2006, nous pensions qu’il s’agissait de la pire ignominie criminelle de notre époque, mais c’était sans compter sur la barbarie ordinaire qui s’abat sur notre société…

En effet, nous avons appris hier qu’une aide-soignante de Villers-au-Tertre a été écrouée dans l’affaire d’infanticides la plus dramatique qu’ait connue notre pays à ce jour : cette femme a volontairement étouffé huit nouveau-nés… auxquels elle avait elle-même donné naissance !

Dans sa folie meurtrière, cette « mère » avait parfaitement conscience d’être enceinte à chaque fois. Pire encore, celle-ci prétexte aujourd’hui le fait qu’elle soit très croyante, refusant « tout moyen de contraception et suivi médical » et justifiant ainsi ses crimes odieux.

Mais au-delà du fait en lui-même, ce meurtre d’une mère sur ses propres enfants est le signe d’un temps où tout pousse à la culture de mort, au suicide personnel ou collectif ainsi qu’à l’infanticide. C’est le symbole de ce que le Système nous promet depuis 30 ans : la mort du peuple français par le peuple français, c’est-à-dire un génocide volontaire.

Le Front national de la jeunesse du Nord-Hainaut condamne l’attitude irresponsable du juge d’instruction désormais en charge des investigations et qui n’a pas demandé la mise en examen du mari…

Le Front national de la jeunesse du Nord-Hainaut souhaite que soit réinsufflé le sens de la vie et que l’on redonne une valeur à la maternité dans la vie des femmes.

Michel Carton, secrétaire départemental du FNJ Nord-Hainaut, réclame pour ces deux bourreaux d’enfants, la condamnation à la peine la plus lourde existant actuellement en France, c’est-à-dire la réclusion à perpétuité, sans la moindre remise de peine.

Michel CARTON
Secrétaire départemental du FNJ du Nord-Hainaut

20:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.