18 août 2010

Message de Geert Wilders aux musulmans:

 

" Libérez-vous, il n'en tient qu'à vous"

 

Le site « Muslims Debate » a demandé à Geert Wilders pourquoi il est devenu anti-islam, et quel serait son message aux musulmans.

Geert Wilders est bien un humaniste qui n'est ni raciste, ni d'extrême-droite comme aiment à le décrire les médias.

Voici sa réponse (traduction), à lire jusqu'au bout.

 

En 1982 j'ai visité pour la première fois un pays musulman.

J'avais 18 ans et je voyageais avec un ami néerlandais d'Eilat en Israël à la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh.

Nous étions deux étudiants, sacs au dos, presque sans le sou.

Nous avons dormi sur les plages et trouvé l'hospitalité chez des Egyptiens, qui, spontanément, nous avaient invités à prendre le thé. Je me rappelle bien ma première impression de l'Egypte: j'ai été profondément touché par la bonté et la bienveillance de ce peuple.

Je me souviens aussi de ma seconde impression majeure de l'Egypte: j'ai été frappé par la peur qui accablait ces gens aimables.

Pendant que nous étions à Charm el-Cheikh, le président Moubarak vint visiter la ville. Je me souviens de la peur qui a soudain envahit cette ville quand il fut annoncé que Moubarak arrivait pour une visite inattendue. Je revois encore la cohorte de voitures noires, le jour de sa visite, et la sensation de peur quasiment palpable ressentie par le peuple, comme un souffle glacial sur cette journée d'été très chaude.

Ce fut une expérience étrange; Moubarak n'est pourtant pas considéré comme le pire des tyrans et pourtant, la peur qu'ont les Égyptiens de leur chef pouvait se ressentir, même par moi.

J'imagine ce que les Saoudiens ressentent quand leur roi est en ville, comment les Libyens se sentent quand Kadhafi annonce sa venue, comment les Irakiens devaient trembler quand Saddam Hussein approchait. Et quelques années plus tard, j'ai lu dans le Coran comment les Arabes du VIIème siècle se sentaient en présence de Mahomet. Plusieurs versets décrivent comment il «jetait l'effroi dans leurs cours» (sourates 8:12, 8:60, 33:26, 59:12).

Puis de Charm el-Cheikh, mon ami et moi sommes allés au Caire. La ville était pauvre et incroyablement sale. Nous nous demandions comment cet endroit pauvre et sale pouvait être voisin d'Israël si propre. L'explication, qui nous fut donnée par des Arabes, avec qui nous avions discuté de cette pauvreté, est qu'ils n'étaient en aucunes façons responsables de cette affection. Pour eux, cette misère était la conséquence du complot mondial des «impérialistes» et des «sionistes», visant à asservir et appauvrir les musulmans. J'ai trouvé l'explication peu convaincante et mon instinct me dictait que le contraste avait plutôt un rapport avec la différence culturelle entre Israël et l'Egypte.

Autrefois l'Egypte avait la civilisation la plus avancée sur Terre. Pourquoi n'a-t-elle pas progressé avec le reste du monde?

Vers la fin des années 1890, Winston Churchill était soldat et correspondant de guerre dans l'ouest des Indes britanniques (aujourd'hui le Pakistan) et au Soudan. Churchill était alors un jeune homme perspicace, dont les mois passés au Pakistan et au Soudan lui permirent de comprendre avec une clarté parfaite quel est le problème avec l'islam et "les malédictions" qu'il pose sur ses adeptes.

Il écrit "Parallèlement à une frénésie fanatique, ., il y a cette apathie craintive et fataliste". "Ses effets sont observables dans de nombreux pays. Attitude imprévoyante, agriculture négligée, méthodes commerciales dépassées et insécurité concernant la propriété existent là où les adeptes du Prophète vivent et gouvernent. Le fait que dans la loi mahométane toute femme doit appartenir à un seul homme comme sa propriété absolue, que ce soit en tant qu'enfant, épouse ou concubine, retarde la disparition définitive de l'esclavage jusqu'à ce que l'islam cesse d'être un grand pouvoir parmi les hommes. . individuellement, certains musulmans peuvent montrer des qualités exceptionnelles - mais l'influence de la religion paralyse le développement social de ceux qui la suivent." Et Churchill concluait :"Aucune force rétrograde plus forte n'existe dans le monde. "

Il y a des gens qui disent que je déteste les musulmans. Je ne déteste pas les musulmans.

Cela m'attriste de voir comment l'islam les a privés de leur dignité. Le mal que l'islam fait aux musulmans est visible dans la façon dont ils traitent leurs filles. Le 11 mars 2002, quinze écolières sont mortes en Arabie Saoudite alors qu'elles tentaient de fuir leur école dans la ville sainte de La Mecque. Un incendie avait mis le feu au bâtiment. Les filles coururent vers la porte de l'école mais celle-ci était verrouillée. Les clés étaient dans les mains d'un gardien de sexe masculin qui refusait d'ouvrir les portes parce que les filles ne portaient pas la tenue islamique correcte imposée aux femmes par la loi saoudienne: voile couvrant le visage et les vêtements.

Les fillettes habillées "indécemment" tentaient frénétiquement de sauver leurs jeunes vies. La police saoudienne arriva et a battu les filles pour les repousser dans l'immeuble en flammes. Les agents de la Mutaween, la "Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice", a également battu des passants et des pompiers qui essayaient d'aider les filles. "C'est un péché de les approcher " les policiers mirent en garde les spectateurs. "Ce n'est pas seulement un péché, c'est également une infraction pénale."

Les filles n'ont pas une très grande valeur dans l'Islam, le Coran dit que la naissance d'une fille assombrit le visage d'un père et le remplit de mélancolie" (Sourate 43:15). Néanmoins, l'incident survenu à l'école de La Mecque a attiré des réactions de colère. L'Islam est inhumain, mais les musulmans sont des êtres humains, donc capable d'amour - cette force puissante que Mahomet méprisait. L'humanité a prévalu à la Mecque chez les pères qui ont été affectés par la mort de leurs filles. Elle a également prévalu chez les pompiers qui se sont confrontés à la Mutaween qui battaient les filles pour les repousser à l'intérieur, et chez les journalistes du journal saoudien qui, pour la première fois dans l'histoire de l'Arabie, a critiqué la redoutée et puissante "Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice." Toutefois, les protestations musulmanes contre l'inhumanité islamique sont rares. La plupart des musulmans, même dans les pays occidentaux, vont dans les mosquées et écoutent les versets coraniques choquants et des sermons rebutants sans se révolter.

Je suis un agnostique. Mais les Chrétiens et les Juifs disent que Dieu a créé l'homme à son image. Ils croient qu'en étant eux-mêmes, des êtres libres et rationnels, capables d'amour, ils peuvent parvenir à Le connaître. Ils peuvent même raisonner avec Lui, ce qu'ont fait les Juifs tout au long de leur histoire.

Le Coran, au contraire, dit que "Rien ne peut être comparé à Allah" (sourate 16:74, 42:11). Qu'il n'a absolument rien de commun avec nous. Qu'il est absurde de supposer que Dieu a créé l'homme à son image. Le concept biblique que Dieu est notre père ne se trouve pas dans l'Islam. Il n'y a pas de relation personnelle entre l'homme et Dieu. Le but de l'Islam est la soumission totale de soi et des autres à un Allah inconnaissable, qui doit être servi au travers d'une obéissance totale à Mahomet en tant que chef de l'Etat islamique (sourates 3:31, 4:80, 24:62, 48:10, 57:28). Et l'histoire nous a appris que Mahomet n'était pas du tout un prophète d'amour et de compassion, mais un meurtrier de masse, un tyran et un pédophile. Les musulmans ne pouvaient trouver un modèle plus déplorable.

Sans liberté individuelle, il n'est pas surprenant que la notion que l'homme est un être responsable ne soit pas très développée dans l'Islam. Les musulmans ont tendance à être très fatalistes. Peut-être - il faut du moins l'espérer - que seulement quelques radicaux prennent les exhortations coraniques à mener le djihad contre les impies au sérieux. Néanmoins, la plupart des musulmans n'ont jamais élevé la voix contre les radicaux. Il s'agit de l'"apathie craintive et fataliste" décrite par Churchill.

L'islam prive les musulmans de leur liberté. C'est malheureux, parce que les gens libres sont capables de réaliser de grandes choses, comme l'histoire l'a montrée. Les arabes, turcs, iraniens, indiens, les peuples indonésiens ont un énorme potentiel. S'ils n'étaient pas captifs de l'islam, s'ils pouvaient se libérer du joug de l'islam, s'ils cessaient de prendre Mahomet comme modèle et s'ils se débarrassaient du Coran, ils seraient en mesure de réaliser de grandes choses qui bénéficieraient non seulement à eux mais au monde entier.

En tant qu'Hollandais, européen et homme politique occidental, ma responsabilité est d'abord d'aider le peuple néerlandais, les Européens et les Occidentaux. Toutefois, puisque la libération des musulmans bénéficierait à chacun d'entre nous, je soutiens sans réserve les musulmans qui aiment la liberté.

Mon message pour eux est clair: le fatalisme n'est pas une solution; l'expression "Inch 'Allah" est une malédiction, la soumission est une honte.

Libérez-vous. Il n'en tient qu'à vous.

18:37 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.