02 septembre 2010

Débattons sans tabou au risque de fâcher les bien-pensants

Même pour les dirigeants autoproclamés démocratiques qui nous gouvernent et qui  subornent les médias qui prétendent nous informer objectivement, un nomadisme systématique comme celui des Roms pose de nombreux problèmes. En présence des nomades, les sédentaires  doivent faire face à des problèmes d’organisation et de sécurité. Quant aux nomades, ils doivent se débattre pour s’assurer subsistance et emploi. Ils doivent également résoudre l’énorme problème de la scolarisation de leurs enfants.

 

 

Sarkozy est devenu président en faisant croire à une partie de l’électorat FN que son gouvernement allait pacifier les cités et enrayer l’immigration. En réalité, en parfait manipulateur de l’effet d’annonce, le Président s’est contenté de parler et d’apparaître sur le petit écran. Le chaudron français est entré en ébullition, et de plus en plus. Pour contrarier des sondages catastrophiques, Sarkozy, qui n’arrête pas de diminuer les effectifs et les moyens des forces de l’ordre, a déclaré une mobilisation générale. Au lieu de reconquérir les zones de non-droit, d’affronter l’Union européenne et toutes ses règlementations destructrices de sécurité, d’arrêter effectivement une immigration et un regroupement familial incontrôlés, Sarkozy renvoie quelques centaines de Roms qui sont parfaitement en droit de revenir en France. Union européenne oblige.

 

Les Roms sont devenus les boucs émissaires de la république de Sarkozy. Mais, pour l’observateur averti, ils sont surtout l’arbre qui cache la forêt.

 

La forêt d’une formidable déglingue provoquée par :

  • Une mondialisation ultralibérale, imposée par des dirigeants supranationaux de droite, du centre, avec la complicité des responsables socialistes. Une mondialisation qui est  devenue une immense dévoreuse d’emplois en France (et en Belgique) et une  destructrice du lien social ;
  • Une immigration déferlante que la gauche, le centre, la droite classique et les écologistes refusent de contrôler et encouragent, notamment les socialistes pour renouveler leur électorat.

Quant au petit PP (Parti Populaire) de MM. Modrikamen et Aernoudts, qui ont solennellement  promis à l’électeur de débattre sans tabou, il vient de se déchirer. Les uns, politiquement incorrects, affirment que les Roms sont cause d’insécurité. Les autres, politiquement corrects, soutiennent qu’assimiler Roms et insécurité confine au racisme. Les voilà qui s’étripent à propos du bouc-émissaire.

 

A lire leur manifeste, les gens du PP ont une vue très courte. L’arbre des Roms les dérange, alors qu’ils sont doctrinalement ancrés dans la forêt de l’ultralibéralisme, de la mondialisation et de l’immigration économique, causes d’une grande partie du malheur et de la misère du peuple. Ils se disputent sur un épiphénomène alors qu’ils devraient s’attaquer au cœur du problème. Ils sont comme Sarkozy; ils veulent abattre un seul arbre, alors qu’une forêt sauvage les déborde.

 

Débattons sans tabou au risque de fâcher les bien-pensants et le PP ! 

 

18:39 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.