02 octobre 2010

Le nouveau visage du Front national

Le nouveau visage du Front national perturbe la droite

En cherchant à respectabiliser l’image de son parti, Marine Le Pen parvient à mordre sur l’électorat de la droite classique.Une menace pour le camp Sarkozy.

 
 Le regain du fut l’une des grandes surprises des régionales de mars. Le FN de Jean-Marie Le Pen, que donnait pour moribond depuis son effondrement en 2007, a prouvé qu’il a davantage que de beaux restes. Il paraît même désormais, au gré des sondages, en pleine opération de reconquête. Une offensive qui porte un nom et un visage, celui de Marine Le Pen.
 
En savoir plus
«5 à 7% des Français à la frontière de l’UMP et du FN»
Sarkozy prend la menace au sérieux
 

 

A 42 ans, non seulement la benjamine du vieux patriarche d’extrême droite remotive l’électorat populaire traditionnel du FN qui s’était éloigné, mais elle réussit en outre une percée au sein de la droite classique. Elle apparaît plus fréquentable auprès d’électeurs qui n’auraient jamais voté pour son père, avec ses dérapages à répétition, mais qui sont sensibles au style plus moderne et moins provocateur de la jeune femme. Si les idées de la fille ne renient en rien le populisme du père, les paroles et la forme sont plus habiles, et peuvent séduire en vue de 2012 une frange du peuple de droite.

En face, Nicolas Sarkozy prend la menace Marine Le Pen au sérieux. A dix-huit mois de la présidentielle, les stratèges de l’Elysée ont décidé d’aller sur le terrain du FN et de retrouver ceux de ses électeurs qui avaient voté pour le candidat UMP en 2007. La surenchère de l’été en matière de sécurité en est la démonstration. Sarkozy assume, et tant pis pour les polémiques en France, pour les condamnations internationales (du pape à l’Europe en passant par l’ONU), pour l’image critiquée de notre pays. L’hebdomadaire américain « Newsweek » ne met-il pas le président français en une de son numéro consacré au « nouvel extrémisme en Europe »?

Pour autant, ce pari est risqué. D’une part, parce que les plus modérés à droite et au centre pourraient se détourner bel et bien. D’autre part, parce que ce qu’attendent les électeurs les plus durs, ce sont des résultats. Le FN compte bien d’ailleurs bénéficier de ce discours décomplexé de l’UMP qui favorise ce que les frontistes appellent la « lepénisation des esprits ». Entre l’Elysée et Marine Le Pen, la bataille est bien engagée.

 

19:27 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.