11 mai 2012

quand vat on s'occupper de nous de notre misére de nos anciens NWA une wallonie forte

Philippe Moureaux toujours à la une de l'actualité !

 

Clash, ce jeudi après-midi, entre Philippe Moureaux (bourgmestre de Molenbeek) et Didier Reynders au Sénat.

Alors que Reyndersva prendre la parole devant l'assemblée, Moureaux lance: "Ah, voilà l'Afghanistan".

La réponse de Reynderscingle " C'est vrai que j'aurai pu aller à Molenbeek, c'est nettement plus près ; cela aurait été plus court pour me déplacer à l'étranger..."

 

La polémique continue sur Twitter, avec un message de Zakia Khattabi, député Ecolo: " Scandaleux ! D. Reynders répond à Ph Moureau à propos de l'Afghanistan et des routes wallonnes: " J'aurais mieux fait d'aller à Molenbeek, c'est plus près mais c'est aussi l'étranger ".

 

Ce matin, sur La Première, Reynders avait ironisé sur l'état lamentable de nos routes: " Je rentre d'Afghanistan, les routes ne sont pas bonnes... Mais quand on vient de Wallonie, on s'habitue... "

 

Dans le même temps est mise en ligne une nouvelle vidéo parodiant le film « La Chute »consacré à la débâcle du Troisième Reich et d'Hitler, maintes fois détourné. Le montage conte comment Moureaux et le MR se partagent Bruxelles en vue des élections communales.

Intitulée « Philippe, Goebbels, Laurette et Schaerbeek » elle imagine une réunion du Politburo de la fédération bruxelloise du Parti Socialiste sous la direction de "Flupke Moustache", alias l'historien musulman Philippe Moureaux

 

Sauf qu'ici, il s'agit d'une réunion de la dernière chance autour de Philippe Moureaux qui se partage les communes bruxelloises suite à l'accord préélectoral conclu avec le MR.

 

Flupke découvre qu'un village d'irréductibles résiste encore à ses plans... C'est drôle, c'est décalé et il y est beaucoup question de Schaerbeek, où les dissensions au sein du MR ont laissé des traces. Mais pas certain que les socialistes et les libéraux apprécieront la comparaison, à quelques mois des élections communales.

 

http://www.youtube.com/watch?v=7CkaF2UkQzI&feature=pl...

 

La vidéo crée en tout cas déjà la polémique.

 

Le président de la Fédération bruxelloise du PS, Rudi Vervoort a publié un communiqué dans lequel il explique son "écourement" et son "horreur". "Au lendemain de la visite du Premier Ministre Elio di Rupo à Auschwitz, c'est avec écourement et horreur que le PS a pris connaissance d'une vidéo d'un militant de la Liste du Bourgmestre de Schaerbeek représentant les socialistes en nazis", indique t-il. "Cet acte de banalisation de l'horreur nazie pour en faire une "parodie" de mauvais goût liée à des enjeux de politique communale est inacceptable. Le Président de la Fédération condamne cette façon de militer et de salir le débat démocratique. Olivier Maingain toujours prompt à donner des leçons en matière de flirt avec Le Pen serait bien inspiré de balayer d'abord devant sa propre porte. Rudi Vervoort demande aux instances du FDF de condamner et de se distancier de l'auteur de cette vidéo. Pour le reste, pendant que certains n'en finissent pas de creuser leur trou dans le bac à sable, le PS continuera à porter son projet de fond pour un avenir ambitieux pour toutes les communes bruxelloises."

 

Du coup, Michel Henrion, chroniqueur politique et ancien directeur de la com du PS à l'époque de Spitaels, s'en prend au PS: «Ils ne connaissent rien à la culture web". " Ce communiqué démontre que les politiques, non seulement vivent dans la méconnaissance de l'internet, mais affectionnent de diaboliser ce qu'ils ne connaissent pas. Cette scène de " La Chute" est un "mème" de la culture internet: la prendre au premier degré est d'une bêtise absolue. Olivier Hirschbiegel, le réalisateur du film, s'était réjouit du succès viral de cette séquence: «Très souvent, les répliques sont si drôles que je rigole tout seul face à cette séquence que j'ai moi-même mise en scène! Vous ne pouvez pas avoir de meilleur compliment en tant que réalisateur.», déclarait-il au New York Mag. Cette séquence de La Chute était considérée comme un des principaux «mèmes» de la culture web. Dans le jargon d'Internet, ce sont des éléments culturels récurrents recyclés et/ou parodiés à de nombreuses reprises par les internautes ".

 

Constatant qu'il n'y a pas de volonté réelle de s'opposer efficacement aux activistes qui se prévalent de l'islam ; « Les Résistants » forment un réseau d'intervenants laïques belges, soucieux de combattre l'intégrisme musulman sous toutes ses formes ; considérant que l'on n'a pas viré la soutane pour aujourd'hui hériter de la burqa, notre réseau décortique l'actualité avec impertinence et sans tabou.

Le combat contre l'islam rigoriste, qui remet en cause nombre de conquêtes progressistes (séparation de l'Eglise et de l'Etat, égalité hommes-femmes, émancipation, mixité.) est une obligation morale. Le silence de certains intellectuels de gauche, qui se comportent en « idiots utiles » de l'islamisme, est choquant, sinon comment expliquer cette constante coïncidence d'attitudes, les uns actifs et les autres les laissant agir, entre l'humanisme allégué et l'islamo-fascisme ? Et, question subsidiaire, de quoi se nourrit cet humanisme au petit pied, confus et vasouillard, lorsqu'il se compromet avec le fascisme vert, ses militants et autres lanceurs de pavés ?

Notre volonté est de casser l'esprit de chapelle qui divise trop souvent les démocrates dans le combat contre l'extrémisme.

Notre combat, c'est celui contre le retour de la bigoterie en général, et surtout islamiste pour le moment. Ce qui mobilise indifféremment des gens de droite et de gauche.

En Belgique francophone, les anciens gauchistes, recyclés au PS, à Ecolo et au CDH ont longtemps dominé le débat d'idées. C'est fini. Nous avons décidé de recadrer l'enjeu, d'exprimer le mécontentement de la population, et d'occuper l'espace laissé vacant par les pleutres. Ces pleutres qui font la promotion des accommodements dits « raisonnables », en d'autres termes, du détricotage des acquis de la laïcité, combat historique de la gauche, pour séduire la frange la plus conservatrice et bigote des musulmans.

L'immigration musulmane est sacralisée au point que le désaccord ne peut exister et être raisonnablement débattu. Nous dénonçons l'embrigadement des sciences sociales, qui a fait le vide, au détriment d'une pensée raisonnée, pensant à partir des faits relatifs à cette immigration musulmane.

Le message que nous lançons aux militants musulmans est le suivant : la Belgique ne sera jamais une terre d'islam. Nos valeurs - la laïcité, l'égalité et l'émancipation de l'homme - ne sont pas négociables. Tout accommodement, en la matière, serait déraisonnable. Pas question de faire passer le prescrit religieux avant le contrat social.

Nous dénonçons l'entrisme sournois de l'islam radical qui nous est insupportable et appelons à mettre plus que jamais en commun nos énergies, nos idées et nos propositions.

19:53 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.